Search

Devenez un·e pro du compostage

Une version française suit directement après la version anglaise.

A French Translation directly follows the English

How to Compost Like a Pro

Now that you have learned how to compost like a genius, it’s time to get ‘down to earth’!

“It’s best to have your tools with you. If you don’t, you’re apt to find something you didn’t expect and get discouraged.” – Stephen King

Having the right tools can make composting that much more enjoyable. Composting can look different for everyone. The process can vary depending on where you live; composting in a city apartment will be quite different than composting on a farm property. Either way, it’s usually doable.

Industrial Composting

Industrial Composting
While some store-bought items such as plastic bags, wipes, diapers, and cutlery may be labelled as “compostable” always ensure that these products are safe for home composting. if not, they might need to be put into an industrial composting bin. Industrial / commercial composting is done on a much larger scale, allowing for the decomposition of materials that municipal or home compost piles would usually have difficulty with because they are not continuously controlled or managed. Waste piles are carefully monitored and managed using one of 3 methods:
  • In-vessel: Refers to a drum or silo filled with any organic waste, food scraps, biosolids, or compostable-certified plastics. This method produces minimal odours and allows for optimal temperature, moisture, and airflow control.
  • Windrows: Organic matter / waste is placed into long rows of waste and is then aerated mechanically. This method improves oxygen content and level of porosity. It also improves the ability to retain water, mix in or remove excess moisture, and evens out the temperature of the pile.
  • Aerated static pile: piles of food waste and paper scraps are layered with paper or wood chips to allow airflow while a network of pipes moves air through each pile. Since there is no manual aeration, such as turning, this type of composting needs to be carefully monitored.
Some cities offer “green bin” compost pickup along with regular trash and recycling pickup, but you should always check for a list of items that are accepted in these containers. If your municipality doesn’t offer composting, there may be a farmer’s market, community garden, or other facilities in your neighborhood that would love to take your food scraps. Check with your local municipality to see if commercial composting is available in your area, collection bins can be distributed to homes and businesses to gather organic waste and turn it into something great!

Backyard Composting

Backyard Composting
When we tell you how easy it is to compost at home, you’ll wonder why you didn’t start sooner. There is no single way to compost in your backyard. Many enjoy using a tumbler for easy aeration, and many build their own compost bin with welded wire, chicken wire, cinder blocks, wooden planks, or even wooden pallets. You need to consider the best place to put your compost heap; you want to make sure it’s not too close to your neighbour’s fence line, and not directly in the sun or shade. The ideal place is often in a corner of your garden or backyard.

Here’s what you can do:

  1. Find the perfect location for your compost pile. Once you choose your location, you will not want to change it, so choose wisely.
  2. Use chicken wire or welded wire to set a perimeter around your pile (this will keep your pile contained while providing aeration, and keeping rodents out)
  3. Start your pile on bare earth.
  4. Lay 4 inches of browns down on the earth. This will help with drainage and aeration.
  5. Start adding food scraps, alternating between greens and browns. Remember that browns break down much slower than greens.
  6. OPTIONAL – add manure.
  7. Cover with a layer of browns.
  8. Turn the pile with a shovel or pitchfork every few weeks. AERATION IS KEY.

Indoor Composting

If you live in a condo or an apartment, if your lawn space is not ideal for composting, or if you’re just looking for ways to manage food waste, then indoor composting checks all the boxes. Since you can store a compost bin in almost any dry space indoors (Such as a corner in the kitchen, under the sink, or on the counter), repurposing food scraps can be easy. The greatest advantage of indoor composting is the consistent warm temperature – you don’t have the struggle of fighting cold weather, rain, or extreme heat, all of which can have adverse effects on your pile.

There are 2 main ways to start composting indoors, aerobic composting and vermicomposting:

AEROBIC COMPOSTING:
Aerobic composting uses our microbial friends found in garden soil to convert food waste and other organic material into compost. If you don’t have a garden, your homemade compost can be used to fertilize houseplants, lawns, bushes, flowers; or shared with a neighbour or friend with a garden… trade compost for cucumbers?

How it works: While microorganisms break down the matter, they release nitrogen, phosphorus, and potassium to create a rich compost. A crucial step, as the name of this process suggests, is supplying continuous aeration to the bin. Once a week, turn the contents of your bin over with a wooden spoon to introduce oxygen to the mix. The entire process can take anywhere from two to four months until your compost is ready to use. When your compost is ready to make it’s way into the world, it’s time to start the process all over again. And now that you’re a natural, it’s totally normal to be excited about composting.

Aerobic Composting
Want to make a DIY aerobic composter? Here’s what you’ll need:
  • 5 to 6-gallon bucket with a plastic lid
  • Drill and large drill bit. OPTIONAL: Screen material, small enough to keep fruit flies out. Shredded newspaper or cardboard.
  • Garden soil
STEP 1: Drill 8 to 10 holes in the plastic lid for aeration. You’ll want to drill an even number of holes to let oxygen in, without compromising the integrity of the lid. STEP 2: If you choose to use a mesh or screen material, cover the inside of the lid with the material and attach with glue. STEP 3: Use the shredded paper or cardboard to line the inside of the bucket – you’ll want to use a few inches. STEP 4: Add a few inches of garden soil. STEP 5: There is no Step 5, that’s how easy it is. You’re ready to start composting in your own kitchen and contributing to the circle of life. Hakuna Matata. IMPORTANT TO NOTE: For each inch of food waste, add two inches of paper towel, soiled napkins, shredded newspaper, or cardboard. Greens and browns make the world go round, but you already know that, you genius.
VERMICOMPOSTING Vermicomposting uses worms to turn kitchen scraps and other food waste into a rich, dark, earthy soil. The process is highly effective, and the result consists of worm castings (AKA worm poop) and decayed organic matter, which helps soil retain water and guard against soil-borne diseases. How it works: In this process, worms swallow the waste and bedding in the compost bin, absorb the nutrients, then excrete the castings and partially decomposed material to create vermicompost. You never have to manually turn the compost since the worms naturally aerate the compost as they tunnel through it. In roughly three to four months, the worms should eat through the original bedding and waste, and it will be replaced by. You can push this compost to one side of the bin and then add new bedding and soil to the empty side. As you bury fresh kitchen waste into the new soil, the worms will move to the area of the bin that needs to be composted. Your worm bin is like your new pet, care for it, and in turn, it will love you back.
Worms
Worms are your friends, here’s what you’ll need:
  • Drill with 3/16- and 1/8-inch drill bits
  • 3 plastic buckets (5-gallon size is best)
  • 1 bucket lid
  • Garden soil
  • Shredded newspaper or cardboard
  • 250 to 500 red wiggler* composting worms
*Red wiggler worms are the OGs of composting. They are resilient and tolerant of a wider range of temperatures in comparison to other species. These squirmy guys produce and reproduce very quickly, and they provide a larger volume of digestive waste than standard earthworms.
STEP 1: Drill 16 holes (4 x 4) in 2 of the plastic buckets’ bottoms, leave the third one without holes. STEP 2: In the buckets with holes, drill a few more around the circumference at the top of the bucket. These holes provide the necessary aeration. STEP 3: Drill holes through the top lid, set aside. STEP 4: ASSEMBLE; place one of the holey-bottom bins inside of the one the without holes. Add 3 to 4 inches of damp shredded newspaper or cardboard to this bucket, add soil, then your worms, and lastly your food scraps. Cover with the lid that has holes. STEP 5: There is no Step 5 – let your worms do the dirty work. IMPORTANT TO NOTE: It is not recommended to compost meats in your bin. While these worms would probably enjoy Grandma’s chicken dinner, they would not be able to digest it in a timely manner before pathogens become present.

Compost vs Fertilizer

Maybe you’re at that point where the F-word starts to creep into your mind, so let’s talk about it: Fertilizer. What’s the benefit of composting over just using store-bought fertilizer?

  1. Although fertilizer can be beneficial for treating specific soil nutrient deficiencies, it does not provide the same flow of nutrients as compost. Fertilizer can overload soil with nutrients instead of the consistent, gradual stream that comes from your powerful compost.
  2. Some chemicals found in fertilizer can ruin soil’s symbiotic relationship with microbes… and you don’t want to be a homewrecker.
  3. Overuse of fertilizer can cause the chemicals found in it to harm the surrounding environment, and they can also work their way into nearby bodies of water.
  4. An added cost to growing your garden, rather than the scraps you already have from your kitchen

How can I tell if my compost has gone wrong?

Given the title of this blog and that you are an assumed genius, the chances of your compost going wrong is low… but just in case you are feeling dubious about how things are going, here are the signs you can look for:
What is wrong with my compost?
Composting can seem like a commitment, but it’s one worth making. One person’s food waste is another person’s black gold, and your garden will thank you for it. You’re now equipped with the knowledge you’ll need to take your gardening to the next level. You’ve got this, we believe in you. Happy gardening!

Devenez un·e pro du compostage

How to Compost Like a Pro
Maintenant que vous avez appris à devenir un·e petit·e génie du compostage, il est temps de vous salir les mains! « Le mieux, c’est d’avoir les bons outils. Sinon, vous risquez de trouver quelque chose d’inattendu et de vous décourager. » — Stephen King Avoir les bons outils peut rendre le compostage bien plus agréable. Celui-ci peut prendre de nombreuses formes. Le processus peut varier en fonction du lieu où vous vivez. En effet, l’expérience ne sera pas la même si vous compostez en ville dans votre appartement, ou si vous vivez à la ferme. Mais dans les deux cas, composter est généralement possible.

Compostage industriel

Industrial Composting

Certains articles achetés en magasin peuvent être indiqués comme étant « compostables », comme des sacs en plastique, des lingettes, des couches et des couverts. Toutefois, assurez-vous que ceux-ci sont adaptés au compostage domestique. Sinon, il faudra les mettre dans un compost industriel.

Le compostage industriel/commercial se fait à plus grande échelle et permet de décomposer des matériaux qui ne peuvent pas être compostés dans les composts municipaux ou domestiques, car ces derniers ne sont pas contrôlés en continu.

Les piles de déchets sont surveillées de près et gérées selon l’une des 3 méthodes suivantes :

  • Le compostage en système fermé : désigne un tambour ou un silo rempli de déchets organiques, de restes de nourriture, de biosolides ou de plastiques certifiés compostables. Cette méthode a l’avantage de générer un minimum d’odeurs et de permettre un contrôle optimal de la température, de l’humidité et du flux d’air.
  • Le compostage en tas : les matières/déchets organiques sont placés en longues rangées de déchets et sont ensuite aérés mécaniquement. Cette méthode améliore la teneur en oxygène et le niveau de porosité du compost. Elle permet d’améliorer la capacité du compost à retenir l’eau, à mélanger ou à éliminer l’excès d’humidité, et également d’uniformiser la température de la pile de déchets.
  • La pile statique aérée : les piles de déchets alimentaires et de papier sont recouvertes de papier ou de copeaux de bois pour permettre la circulation de l’air, tandis qu’un réseau de tuyaux fait circuler l’air dans chaque pile. Comme il n’y a pas d’aération manuelle comme le retournement, ce type de compostage doit être surveillé de près.

Certaines villes ramassent le compost dans des « bacs verts » en même temps qu’elles ramassent les ordures ménagères et le recyclage, mais n’oubliez pas de vérifier la liste des matières acceptées dans ces conteneurs. Si votre municipalité n’offre pas de service de compostage, il y a peut-être un marché fermier, un jardin communautaire ou d’autres installations dans votre quartier qui seraient ravis de recevoir vos restes de nourriture. Vérifiez auprès de votre municipalité si le compostage commercial est disponible dans votre région. Des bacs de collecte peuvent être distribués aux foyers et aux entreprises pour recueillir les déchets organiques et les transformer en quelque chose de formidable!

Le compostage de jardin

Backyard Composting
Lorsqu’on aura fini de vous expliquer à quel point il est facile de composter à la maison, vous vous demanderez pourquoi vous n’avez pas commencé plus tôt. Il existe plusieurs façons de composter dans votre jardin. Vous pouvez utiliser un tambour pour faciliter l’aération, ou bien construire votre propre bac à compost avec du treillis soudé, du grillage, des parpaings, des planches de bois ou même des palettes en bois. Réfléchissez bien à l’endroit où vous installez votre tas de compost. Il ne doit être ni trop près de la clôture de vos voisins ni totalement au soleil ni totalement à l’ombre. Vous trouverez généralement les conditions idéales dans un coin au fond de votre jardin.

Voici ce que vous pouvez faire :

  1. Trouvez l’emplacement parfait pour votre tas de compost. Choisissez bien, car une fois l’emplacement choisi, il ne faudra pas le changer.
  2. Utilisez du grillage pour définir un périmètre autour de votre tas de compost (ceci évitera que le tas ne s’étale trop tout en permettant une bonne aération et en le protégeant des rongeurs).
  3. Placez votre tas sur une terre nue.
  4. Commencez par ajouter 4 pouces de matériaux bruns. Ceci aidera pour le drainage et l’aération.
  5. Ajoutez des déchets alimentaires, en alternant entre matériaux verts et bruns. N’oubliez pas que les matériaux bruns se décomposent beaucoup plus lentement que les matériaux verts.
  6. FACULTATIF : ajoutez du fumier.
  7. Recouvrez le tout d’une couche de matériaux bruns.
  8. Retournez le tas avec une pelle ou une fourche toutes les deux ou trois semaines. L’AÉRATION EST ESSENTIELLE.

Le compostage intérieur

Si vous vivez dans un condo ou dans un appartement, si votre jardin est trop petit pour un compost, ou si vous cherchez simplement une solution pour trier vos déchets alimentaires, le compostage intérieur est fait pour vous. Il est facile de composter ses déchets alimentaires, car vous pouvez installer une petite poubelle à compost n’importe où à l’intérieur, tant que l’air ambiant est suffisamment sec (dans un coin de la cuisine, sous l’évier ou sur le comptoir). Le plus grand avantage du compostage intérieur, c’est que la température ambiante reste plutôt constante. Vous ne rencontrerez donc aucun problème lié à la baisse des températures, à la pluie ou à la chaleur extrême. Il existe 2 façons de composter à l’intérieur : le compostage aérobie et le vermicompostage (ou lombricompostage).

LE COMPOSTAGE AÉROBIE

Le compostage aérobie utilise nos petits amis les microbes qui vivent dans les sols de nos jardins pour convertir les déchets alimentaires et d’autres matières organiques en compost. Si vous n’avez pas de jardin, vous pouvez utiliser votre compost fait maison pour fertiliser vos plantes d’intérieur, votre pelouse, vos buissons… ou le partager avec un voisin ou un ami qui possède un jardin… voire échanger du compost contre des concombres du potager!

Comment cela fonctionne : lorsque les microorganismes décomposent les matières organiques, ils génèrent de l’azote, du phosphore et du potassium, ce qui donne un compost riche en nutriments. Comme son nom l’indique, ce procédé comporte une étape cruciale : l’aération en continu. Une fois par semaine, retournez le contenu de votre poubelle avec une cuillère en bois pour ajouter de l’oxygène au mélange. Il faudra attendre entre deux et quatre mois avant de pouvoir utiliser votre compost. Une fois que votre compost est prêt à être utilisé, vous pouvez recommencer le processus. Maintenant que vous maîtrisez la technique, il est normal d’avoir hâte de recommencer.

Aerobic Composting

Vous souhaitez créer votre propre compost aérobie? Voici ce dont vous aurez besoin :

  • Un seau de 18 à 23 litres environ, avec un couvercle en plastique
  • Une perceuse avec un gros foret
    FACULTATIF : une grille anti-insectes pour protéger le compost des mouches à fruits.
  • Du papier journal ou du carton déchiqueté.
  • De la terre du jardin.

ÉTAPE 1 : percez 8 à 10 trous dans le couvercle en plastique pour l’aération. Veillez à percer le bon nombre de trous, pour permettre de laisser entrer l’oxygène sans trop abîmer le couvercle.

ÉTAPE 2 : si vous souhaitez utiliser une grille anti-insectes, collez-la à l’intérieur du couvercle.

ÉTAPE 3 : tapissez le fond du seau avec le papier ou le carton déchiqueté (quelques pouces d’épaisseur).

ÉTAPE 4 : ajoutez quelques pouces de terre du jardin.

ÉTAPE 5 : il n’y a pas d’étape cinq, c’est aussi simple que ça. Vous voilà prêt·e à composter depuis le confort de votre cuisine et à contribuer au cycle de la vie. Hakuna matata.

REMARQUE IMPORTANTE : dès que votre compost atteint un pouce d’épaisseur, ajoutez deux pouces d’essuie-tout, de serviettes en papier sales, de papier journal ou de carton déchiqueté. Les matières brunes et vertes, c’est la vie! Mais ça, vous le saviez déjà, bande de génies.

LE VERMICOMPOSTAGE :
Le vermicompostage utilise nos amis les vers pour transformer les déchets de cuisine et alimentaires en compost riche, sombre et terreux. Ce processus est très efficace grâce aux turricules (autrement dit les excréments des vers) et aux matières organiques qui, ensemble, permettent à la terre de retenir l’eau et de lutter contre les maladies terricoles.

Comment cela fonctionne : les vers consomment le contenu du bac à compost, absorbent les nutriments, puis excrètent des turricules et des matières partiellement décomposées, ce qui donne le vermicompost. Il n’est pas nécessaire de retourner manuellement le compost, car les vers l’aèrent naturellement en creusant des tunnels. Au bout de trois à quatre mois environ, les vers devraient avoir épuisé la matière et les déchets d’origine, qui seront alors remplacés par du vermicompost. Vous pouvez mettre ce compost de côté dans le bac et tapisser à nouveau l’espace restant. Lorsque vous ajoutez de nouveaux déchets au compost, les vers se dirigent vers le côté du bac qui a besoin d’être composté. Voyez votre bac à vermicompost comme votre nouvel animal de compagnie : occupez-vous de lui, et il vous aimera en retour.

Worms

Les vers sont vos amis, voici ce dont vous aurez besoin :

  • Une perceuse avec des forets de 3/16 et 1/8 pouces
  • 3 seaux en plastique (idéalement de 18 à 20 litres)
  • 1 couvercle
  • De la terre du jardin
  • Du papier journal ou du carton déchiqueté
  • 250 à 500 vers du fumier rouges*

*Les vers du fumier rouges sont des pros du compostage. Ils sont résistants et tolèrent mieux les variations de température que les autres espèces. Ces petits insectes produisent et se reproduisent très vite, et ils fournissent un plus gros volume de matières digestives que les vers de terre standards.

ÉTAPE 1 : percez 16 trous (4×4) dans le fond de 2 des seaux en plastique, mais ne percez pas le troisième.

ÉTAPE 2 : dans les seaux troués, percez quelques trous supplémentaires sur la partie supérieure du seau, près de l’ouverture. Ces trous permettront une bonne aération.

ÉTAPE 3 : percez des trous dans le couvercle et mettez-le de côté.

ÉTAPE 4 : ASSEMBLEZ LE TOUT : placez un des seaux au fond troué à l’intérieur du seau sans trous. Ajoutez 3 à 4 pouces de journal ou de carton déchiqueté et humide à ce seau, ajoutez de la terre, puis vos vers et enfin vos déchets alimentaires. Refermez avec le couvercle troué.

ÉTAPE 5 : il n’y a pas d’étape cinq, laissez vos vers prendre le relais!

REMARQUE IMPORTANTE : il est déconseillé de composter de la viande dans votre bac. C’est sûr que les vers seraient contents de goûter au poulet de votre grand-mère, mais ils ne seraient pas en mesure de le digérer à temps pour éviter la présence d’agents pathogènes.

Compost vs fertilisants

Parler compost vous a peut-être fait penser à une autre technique, les fertilisants, alors crevons l’abcès et parlons-en. Quels sont les avantages du compostage et pourquoi ne pas simplement acheter des fertilisants en magasin?

  1. Même si les fertilisants peuvent être bénéfiques pour apporter des nutriments spécifiques à certains sols, ils n’apportent pas le même flux de nutriments que le compost. Les fertilisants risquent de saturer le sol de nutriments, tandis que le compost a le pouvoir de fournir un flux constant et graduel de nutriments.
  2. Certaines composantes chimiques présentes dans les fertilisants peuvent nuire à la relation symbiotique entre la terre et les microbes… et vous ne voulez pas être responsable d’un tel drame.
  3. L’utilisation excessive de fertilisants chimiques peut nuire à l’environnement et ces produits peuvent même se retrouver dans les étendues d’eau environnantes.
  4. Cela représente un coût supplémentaire pour votre jardin, tandis que le compost est fait simplement des déchets de votre cuisine.

Comment savoir si j’ai raté mon compost?

Étant donné le titre de cet article et le fait que vous êtes un·e génie présumé·e, les chances que votre compost tourne mal sont faibles… mais au cas où vous auriez des doutes, voici les signes que vous pouvez guetter :
What is wrong with my compost?
Le compostage nécessite un certain engagement, mais ça en vaut la peine. Les déchets alimentaires des uns sont l’or noir des autres, et votre jardin vous en remerciera. Vous disposez maintenant des connaissances dont vous avez besoin pour passer au niveau supérieur en matière de jardinage. Vous pouvez le faire, nous croyons en vous. Bon jardinage!